Lauréats des Prix Jonas Salk


2017

Dre Mindy F. Levin​

Jonas Salk Award winner Dr Mindy LevinLe Prix Jonas Salk de 2017 a été octroyé à la Dre Mindy F. Levin. 

La Dre Levin est une physiothérapeute et professeure à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie à l’Université McGill. Elle est l’une des physiothérapeutes-enseignantes-chercheuses les plus reconnues au Canada dans le domaine de contrôle des capacités motrices et de réadaptation neurologique et elle a détenu une chaire de niveau 1 de recherche au Canada en rétablissement et réadaptation motrice (de 2005 à 2012).

La Dre Levin a suivi une formation en physiothérapie à l’Université McGill (B.Sc. 1976) et elle s’est spécialisée en réadaptation neurologique avant d’obtenir une M.Sc. suivie d’un Ph. D. en physiologie de l’Université McGill en 1990. Elle a terminé ses études postdoctorales au Centre de recherche des sciences neurologiques dans le département de physiologie à l’Université de Montréal.


La docteure Levin a été reconnue pour sa recherche qui fournit des idées clés en matière du rétablissement du mouvement chez les personnes atteintes d’un traumatisme crânien. Son travail a révélé comment les patients atteints de maladies neurologiques adaptent leurs habitudes de mouvement pour effectuer des tâches motrices. Ses plus récentes études se sont concentrées sur la compréhension de la façon dont les déficits dans la capacité de corriger rapidement les erreurs lors de mouvements d’atteinte affectent l’usage actuel du bras chez les personnes après un ACV. La Dre Levin a conçu des interventions innovantes de traitement telle que la réalité virtuelle pour retrouver la capacité motrice dans les membres supérieurs chez les personnes qui ont subi un ACV et une paralysie cérébrale.

Vidéo YouTube – Voici Dre Mindy Levin (en anglais​) :

YouTube video - Meet Dr. Mindy Levin 

2016

Dr Tom Chau

Dr Tom Chau Jonas Salk Award Recipient

Le lauréat du Prix Jonas en 2016 était le Dr Tom Chau. En tant que vice-président de la recherche et directeur du Bloorview Research Institute à Holland Bloorview Kids Rehabilitation Hospital, le Dr Chau est le chef du laboratoire Pediatric Rehabilitation Intelligent Systems Multidisciplinary, ou bien PRISM. Son travail vise la découverte, la conception, et l’évaluation de façons d’aider les enfants et les jeunes qui ont des handicaps complexes à interagir avec leur environnement, partager leurs préférences, et communiquer avec les personnes qui les entourent. ​

« Le Dr Chau a aidé à donner une voix aux enfants qui autrement ne pourraient pas communiquer, » dit Andria Spindel, présidente et PDG de la Marche des dix sous du Canada. « Son travail offre à ces enfants une opinion dans leur monde, leur vie, leurs activités quotidiennes. C’est un énorme et précieux cadeau, et nous sommes si contents de pouvoir reconnaître l’engagement incroyable du Dr Chau à l’amélioration des vies. » 

Le Dr Chau est un leader d’opinion très respecté et inspirant dans le domaine de la réadaptation. Il défend, et pratique le soin axé sur la famille, et reflète en tout les attributs requis d’un lauréat du Prix Jonas Salk.



2015

Dr Jean-Pierre Julien

/EN/AboutUs/research/PublishingImages/jean-pierre_julien.jpgLe Dr Jean-Pierre Julien est le directeur de l’axe neurosciences intégratives au Centre de recherche à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ), affilié avec l’Université Laval. Il se trouve parmi les chercheurs éminents dans le domaine de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). La SLA est une maladie dégénérative qui engendre la paralysie progressive et la mort dans les 5 ans après le diagnostic. Il n’y a actuellement aucun traitement efficace. Le travail effectué par le Dr Julien a avancé considérablement le domaine grâce au développement de nouveaux traitements expérimentaux tels que des immunothérapies pour viser les protéines mal repliées et des thérapeutiques naturelles basées sur le produit pour viser le complexe protéique appelé NF-κB qui joue un rôle primordial en matière de la réglementation de la réaction immunitaire à l’infection. De plus, il est l’instigateur d’un essai clinique canadien de phase II pour réduire l’activation de ce complexe protéique dans la SLA avec un extrait  spécial de Withania somnifera, communément appelé le ginseng indien, qui démontre des propriétés anti-inflammatoires très efficaces.​

 Le Dr Julien est membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé et il a reçu le prix prestigieux Sheila Essey de l’American Academy of Neurology. Au cours des deux dernières années, il a reçu le Prix diamant de la reine Elizabeth II pour ses contributions à la recherche de la SLA et le Prix Léo-Pariseau de l’ACFAS for Health Sciences.



2014

Dr Mark Loeb

Le Dr Mark Loeb est un professeur dans les départements de pathologie et de médecine moléculaire, de médecine et d’épidémiologie clinique et de biostatique et il détient le poste de président de Michael G. DeGroote en recherche des maladies infectieuses à McMaster University. Il est reconnu à l’échelle Le Dr Mark Loeb est un professeur dans les départements de pour sa recherche de l’amélioration​​ de la compréhension et prévention des infections qui sont associées au handicap physique. Beaucoup de travail a été effectué pour avancer notre compréhension de la prévention de l’infection chez les personnes âgées fragiles, dont le nombre croît et qui habitent souvent dans des emplacements de soins à longue durée. Le travail effectué par le Dr Loeb a inclus des essais cliniques marquants sur la gestion de la pneumonie et l’usage approprié d’agents antimicrobiens pour préve​nir la résistance antimicrobienne chez les résidents d’emplacements de soins à longue durée.

   Dr Mark Loeb (à la gauche) et Dr     
   Luis Barreto, membre du conseil           d’administration de la MDSC (à la         droite) 
Il a démontré l’originalité et l’usage des ressources en utilisant de nouvelles conceptions de recherche pour aborder ces problèmes qui incluent un essai contrôlé randomisé en groupe d’une voie clinique au soin pour les résidents des maisons de soins infirmiers sur place dans la maison de soins infirmiers au lieu de les admettre à un hôpital de soins actifs (JAMA 2006). Les personnes âgées ne répondent pas aussi bien au vaccin antigrippal, donc, pour prévenir les complications causées par la grippe chez cette population vulnérable, le Dr Loeb a démontré dans un essai randomisé en groupe dans des colonies Hutterite en Alberta, Saskatchewan, et Manitoba que les personnes âgées dans la communauté étaient le mieux protégées quand les enfants étaient vaccinés (JAMA 2010). Cette étude a fourni la preuve épidémiologique la plus rigoureuse du bénéfice indirect de la vaccination des enfants contre la grippe et que c’est une importante façon de protéger les personnes âgées fragiles et les autres atteints d’un handicap chronique des complications de la grippe. L’étude a reçu de l’attention à l’échelle mondiale, y compris un article dans The New York Times, et elle a été sélectionnée en tant que le journal de l’année 2010 par le journal prestigieux The Lancet. Plus récemment, l’Organisation mondiale de la Santé a demandé le Dr Loeb de mener une étude pour évaluer les facteurs de risques pour les complications de la grippe chez les patients qui souffrent de conditions médicales chroniques et de handicaps (BMJ 2013). 

Il mène actuellement une étude pour investiguer pourquoi, malgré l’exposition à un niveau historiquement élevé au poliovirus en Amérique du Nord, certaines personnes ont développé la polio paralytique alors que plusieurs autres personnes sont restées asymptomatiques. Une hypothèse est qu’il peut y avoir des variations génétiques qui ont causé la paralysie chez des personnes après une infection avec le poliovirus. Ceci est une question importante, car elle peut éclaircir les mécanismes immunologiques qui peuvent mener à l’immunothérapie ou bien de meilleures façons de le prévenir.​

Le curriculum vitæ du Dr Loeb énumère sa liste compréhensive de journaux examinés par des pairs et les chapitres de livres dont il a été l’auteur. Il est l’éditeur adjoint d’Evidence-Based Medicine et l’auteur adjoint du manuel BMJ Evidence-based Infectious Diseases. Ses réalisations de toute sa vie ont été reconnues par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada qui lui a octroyé la médaille d’or pour la médecine. D’autres prix incluent la bourse de chercheurs de The Society for Healthcare Epidemiology of America, la bourse de chercheurs des Instituts de recherche en santé du Canada, et le Prix Nicholas M. et Hedy J. Monk pour la recherche en gériatrie. 


2013 

Dr Michael Fehlings 

Le Dr Michael Fehlings est neurochirurgien et chercheur reconnu à l’échelle mondiale doté de contributions formidables aux domaines de la lésion de la colonne vertébrale et de la lésion médullaire. Sa recherche utilise une combinaison d’approches de pointe. En 1991, le Dr Fehlings et le Dr Charles Tator, ont formulé l’hypothèse vasculaire de la lésion médullaire qui a identifié le rôle essentiel des changements après une blessure dans une circulation systémique, tels que l’hypotension et la baisse du débit cardiaque. Ce travail a établi la référence absolue des traitements systémiques qui sont maintenant grandement utilisés des patients qui ont subi une lésion médullaire en restaurant la pression artérielle systémique à l’aide de la dopamine, des stéroïdes, et du nimodipine ou bien de l’expansion du volume. Son récent travail qu’il a mené à l’aide de greffes de cellules souches pour le traitement d’une blessure de la moelle épinière chez des animaux a fait les manchettes à l’échelle mondiale et il est d’une importance fondamentale pour la création de thérapies basées sur les cellules souches pour les patients qui ont subi une lésion médullaire. En 2009, il a reçu l’Olivecrona Medal Neurosurgery, ce qui est considéré le « Prix Nobel de la neurochirurgie/neuroscience ».  ​

Le Dr Fehlings est professeur de neurochirurgie à l’University of Toronto, scientifique chevronné au Spinal Program à Toronto Western Hospital, scientifique au McEwen Centre for Regenerative Medicine et McLaughlin Scholar en médecine moléculaire. Il détient le poste de président de Krembil en réparation et régénération neurologique au Réseau universitaire de santé, et il est directeur médical du programme de neuroscience Krembil. Il est directeur inaugural du programme interdépartemental de neuroscience à l’University of Toronto qui a plus de 400 membres du corps professoral, et directeur adjoint du programme de la colonne vertébrale de l’University of Toronto.

 
Le Dr Michael Fehlings (à la gauche), lauréat du Prix Jonas Salk de 2013 
et Mark Lievonen, président de Sanofi Pasteur (à la droite)​
  


2012​

Dr John Esdaile

Dans le domaine de la rhumatologie, le Dr Esdaile est un épidémiologiste clinique de premier ordre reconnu pour l’étendue de ses sujets de recherche et la rigueur de ses approches méthodologiques, car il a créé deux unités de rhumatologie de premier ordre, l’un à McGill et l’autre à l’University of B.C. et il est fondateur du Arthritis Research Centre of Canada. En 1984, il a publié le premier essai de méthotrexate en polyarthrite rhumatoïde, un médicament qui est maintenant l’un des principaux traitements pour la maladie. Il a aussi mené une initiative canadienne dans de multiples centres sur l’arthrose qui a mené la création d’outils pour la mesure de la qualité de vie et il a terminé une série d’études qui documentent la relation d’états et de résultats socio-économiques en lupus systémique. Il a été un dirigeant extraordinaire qui comprend l’opinion du patient et qui a travaillé pour viser la recherche de la maladie rhumatismale sur la résolution des problèmes pour les patients et leurs familles. 

Le Dr Esdaile est président d’Arthur JE Child en recherche rhumatologique à l’Arthritis Research Centre of Canada, professeur dans le département de médecine / sciences de santé communautaire à l’University of Calgary et professeur de médecine à The University of British Columbia  


2011

Dr Donald Weaver

Le Dr Weaver est unique, car il est un neurologue accrédité à l’échelle internationale avec un Ph. D. en chimie biologique computationnelle. Ces postes actuels incluent professeur à Canada Research Chair en neuroscience clinique à Dalhousie University, directeur de recherche pour le département de médecine à Dalhousie Medical School and Capital Health et scientifique affilié à NRC Institute for Biodiagnostics.

Sa recherche vise la conception et la synthèse de nouveaux médicaments pour le traitement et remède éventuel de maladies neurologiques chroniques telles que l’épilepsie et la maladie Alzheimer. Il est un pionnier dans le domaine de la conception moléculaire assistée par ordinateur pour faciliter la conception de nouvelles molécules pour des médicaments. Le Dr Weaver et ses collègues ont créé des modèles d’ordinateurs tridimensionnels de cibles principales pour les médicaments pour la maladie Alzheimer (régions réceptrices au sein du bêta-amyloïde et des protéines tau qui causent un « mauvais pliage ») et un répertoire de plus de 11 millions de composés à tester sur ces récepteurs. De nombreux composés de plomb créés dans son laboratoire ont démontré de l’activité considérable dans des études précliniques dans le National Institutes of Health Anti-epileptic Drug Development Program. Cette approche lie la science de base à la science clinique, ce qui permet une philosophie « du laboratoire au chevet du malade » de conception de médicaments. De plus, il est un concepteur chef de file de médicaments dans le domaine de l’épilepsie, ayant conçu un composé antiépileptogénique pionnier qui prévient la survenue de crises épileptiques après un traumatisme crânien. 
 
Le Dr Weaver a publié presque 140 articles dans des journaux examinés par des pairs et il est l’auteur adjoint de cinq livres. Il est propriétaire de 20 brevets et il a déposé plus de 100 demandes de brevets. De plus, il a cofondé six compagnies biotechniques pour rapprocher son travail au marché et à l’usage par les patients. Le Dr Weaver a récemment lancé Treventis Corporation. Il explique que le nom est un hybride de « treatment » et « prevention. » Des chimistes dans le laboratoire de la compagnie à Halifax synthétisent les médicaments virtuels conçus à l’aide d’un ordinateur le plus prometteur dans des composés du monde véritable, pour être testés dans des boîtes de Pétri, des modèles d’animaux et, ultimement, des essais cliniques humains.

En plus du Prix Jonas Salk, le Dr Weaver a été reconnu avec de nombreux prix, y compris le Prix international centenaire de recherche de la maladie Alzheimer, le Prix Weir Mitchell pour la recherche la plus formidable en neurologie, le Prix Galien Research Award (le Prix Nobel de la recherche pharmaceutique), l’European Gowers Award pour la meilleure recherche au monde de l’épilepsie, le prix « Best 40 under 40 Award » du Canada et la médaille commémorative de la reine Elizabeth II pour le travail humanitaire. 

Dr. Donald Weaver, winner of the 2011 Jonas Salk Award 



2010
Dr Robert Burrell​

Canada Research Chair en Nanostructured Biomaterials, professeur de l’ingénierie chimique et des matériaux, professeur et président de l’ingénierie biomédicale dans les facultés de l’ingénierie à l’University of Alberta.​

Le Dr Burrell a établi un programme pour la création de nanomatériaux avancés pour des applications biomédicales. Il est l’une des figures renommées du monde en matière de l’usage de ces matériaux pour des applications médicales, y compris de contrôle de la croissance microbienne dans une vaste gamme d’appareils et de contrôles de la réponse inflammatoire après une blessure. Il a inventé et conçu la première application thérapeutique de nanotechnologie au monde qui a réussi à l’échelle commerciale – les pansements Acticoat. Ces pansements sont vendus à l’échelle mondiale et ils ont changé les résultats de la vie des personnes en sauvant leurs membres et leur vie. Il est un inventeur nommé sur plus de 290 brevets et brevets déposés à l’échelle mondiale. ​

Image: Dr Robert Burrell winner of the 2010 Jonas Salk Award 



2009

Dre Janice Eng​

Professeure dans le département de thérapie physique à The University of British Columbia, et membre du corps professoral du Brain Research Centre and Graduate Program en Neurosciences, la Dre Eng est impliquée dans le laboratoire de recherche du rétablissement au plus grand centre de rétablissement en Colombie-Britannique, le GF Strong Rehabilitation Centre, Vancouver Coastal Health Research Institute. La Dre Eng fournit aussi de la recherche pour l’International Collaboration on Repair Discoveries (ICORD), qui recherche des « solutions pour la lésion médullaire. »

La Dre Eng a atteint un grand succès dans le domaine de la recherche pratique en matière de la réadaptation pour trouver des solutions qui sont axées sur le patient, efficaces et abordables. Elle a créé un programme d’exercice pour les mains et les bras pour la réadaptation après un ACV pour les malades hospitalisés appelé GRASP (Graded Repetitive Arm Supplementary Program), qui a fait preuve d’augmenter la fonction des bras et mains affectés par un ACV, et, donc, d’augmenter combien ces bras et mains sont utilisés. Ce programme est particulièrement utile, car il complémente les sessions régulières de thérapie, mais il peut être effectué indépendamment par le patient après les directives initiales du médecin ou de l’ergothérapeute, ce qui permet aux patients de prendre en charge leur rétablissement. Les tâches sont faciles, sécuritaires, efficaces, et significatives au patient, causant un meilleur état émotionnel en plus d’une fonction physique améliorée. GRASP est pratiqué dans dix pays, et il y a quinze emplacements au Canada.​

Le programme Fitness and Mobility Exercise (FAME) de la Dre Eng est aussi un programme indépendant (suivant des directives) conçu pour les survivants d’un ACV qui ont la capacité de se tenir debout et de marcher pour améliorer la forme des bras et mains, mais aussi la fonction cardiovasculaire et la mobilité. FAME a pour objectif de lutter l’inactivité qui est souvent observée chez les survivants d’un ACV et les problèmes de santé qui en résultent, particulièrement le risque d’un deuxième ACV, en améliorant la forme cardiovasculaire.

La Dre Eng est passionnée par le partage des connaissances, et elle souhaite augmenter l’ensemble d’information de recherche qui est habituellement disponible d’une façon compréhensible. Elle est la dirigeante adjointe du projet Spinal Cord Injury Rehabilitation Evidence (SCIRE), une collaboration de recherche canadienne de scientifiques, cliniciens et usagers à Vancouver, Colombie-Britannique et London, Ontario et leurs propres centres de santé, établissements de recherche, et universités. Le projet SCIRE examine et évalue les recherches et études de cas actuelles, et ensuite il présente les résultats d’une façon directe et compréhensible pour la formation des professionnels de santé et quiconque qui s’intéresse aux meilleures pratiques de réadaptation. Le site Web reçoit plus de 25 000 visites par mois, et il couvre 25 différents domaines de gestion. En regroupant la littérature et les études de recherche pertinentes, son équipe a pu examiner et utiliser ces renseignements qui n’étaient pas auparavant recueillis pour une comparaison; par exemple, en analysant 41 différentes études, ils ont déterminé que la pratique répétée de démarche était la plus bénéfique pour l’ambulation fonctionnelle chez les patients ayant une lésion médullaire subaiguë/chronique.
La Dre Eng a publié près de 150 études liées à la réadaptation et à la recherche en matière des ACV, dont plusieurs soulignent la relation entre des exercices spécifiques (individuels ou en groupe) et l’amélioration des capacités et de la vie des personnes qui ont subi des lésions médullaires, des ACV, ou qui vieillissent tout simplement. Par exemple, la Dre Eng a mené un essai clinique de six mois qui a prouvé la capacité d’un programme de formation de résistance à long terme ou d’agilité d’améliorer considérablement le risque de tomber chez les femmes âgées de 75 à 85 ans en réduisant le balancement postural, et l’augmentation de la densité corticale. La Dre Eng et son équipe ont aussi mené plusieurs évaluations d’orthèses podologiques souples et de pieds prothétiques; déterminé différentes stratégies de mouvements musculaires pour aider une personne à rétablir après un trébuchement, dépendant de quelle marche ils trébuchent; et prouvé qu’un modèle tridimensionnel des membres inférieurs offre une meilleure compréhension des mouvements des joints, des puissances, et du travail qu’un modèle planaire, en raison des motions spécifiques qui sont effectuées.

Les études de la Dre Eng ont été citées dans des centaines de projets de recherche ultérieurs impliquant la réadaptation et l’exercice pour les patients qui ont subi une lésion médullaire, un ACV, et la SP. Elle est souvent citée dans les domaines des stratégies de réadaptation de démarche, de contrôle d’équilibre, de formation de marche et de force, et d’autres stratégies pour la croissance des capacités et la prévention de complications futures pour ces patients. Ces autres honneurs incluent le Women of Distinction Award de la YMCA, un prix d’excellence en mentorat de la faculté au début de sa carrière, une bourse de recherche de l’Académie canadienne des sciences de la santé, un Killiam Research Prize et Outstanding Young Alumnus Award de l’UBC, et le titre de chercheuse principale à la Fondation Michael Smith pour la recherche en santé.​



2008

Dr Andres Lozano

D’ici l’an 2030, il est estimé que les décès causés par des maladies neurodégénératives surpasseront le nombre de décès causés par le cancer. En ayant cela à l’esprit, le Dr Lozano, neuroscientifique, a dévoué l’œuvre de sa vie à l’étude des maladies neurologiques, afin de trouver et classer quels circuits et neurones sont impliqués dans leur cause. Au Lozano Laboratory à Toronto Western Hospital, le Dr Lozano et son équipe examinent de nouvelles techniques neurochirurgicales restauratrices de fonctionnement cérébral, d’imagerie cérébrale, de stimulation cérébrale profonde, et d’électrophysiologie, et leur efficacité dans le traitement de la maladie Alzheimer, la maladie de Parkinson (y compris l’effet de mort cellulaire de la maladie), et même la dépression résistante au traitement. Le Dr Lozano est un scientifique principal dans la Division of Brain Imaging and Behaviour Systems. Le Dr Lozano détient un M.D. de l’Université d’Ottawa, un doctorat en neurobiologie et une formation neurochirurgicale de McGill. Il est devenu membre du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en 1990. En 1991, il s’est joint au Department of Surgery à Toronto Western Hospital de l’University of Toronto et il est devenu professeur titulaire en 1999; étant maintenant un professeur et RR Tasker Chair en neurochirurgie fonctionnelle, il a formé plusieurs étudiants au doctorat et membres neurochirurgicaux. Le Dr Lozano est professeur de la recherche de niveau 1 de la neuroscience du Canada.

Le Dr Lozano se trouve souvent au haut de la liste de chercheurs cités en matière de la stimulation cérébrale profonde et la maladie de Parkinson (le 5e, selon Essential Science Indicators en 2007). Il a été publié dans plus de 300 publications examinées par des pairs, et il est l’éditeur en chef de Textbook of Stereotatic and Functional Neurosurgery. À compter de 2007, Essential Science Indicators a publié 5 813 citations sur un éventail de 156 de ces journaux nge of 156 of his papers (Taubes, www.esi-topics.com), en particulier un examen profond à deux parties de 1998 des avancements en matière du traitement de la maladie de Parkinson, et Google Scholar a publié 15 894 citations dans 616 journaux.

La stimulation cérébrale profonde implique une pile à trois volts, un fil sous la peau du cou et du cuir chevelu, et une petite électrode qui émet 130 pulses par seconde implantée, dans le cas de la maladie de Alzheimer, dans le centre de mémoire du cerveau, à une profondeur de quatre pouces. Le patient est éveillé lors de la procédure à des fins de surveillance. Elle s’est avérée utile pour calmer les tremblements, la rigidité, le manque de mouvement (Akinésie) et, dans une moindre mesure, les anomalies posturales et de démarche associées à la maladie de Parkinson, servant en tant qu’un stimulateur pour le cerveau.

En 2008, un essai mené auprès de 20 patients a été publié, démontrant que 60 pour cent des patients qui souffrent de dépression résistante au traitement ont découvert un peu de soulagement après que la stimulation cérébrale profonde a été effectuée sur une section hyperactive particulière du cerveau, et 35 pour cent des patients n’ont démontré aucun symptôme après une année. Le traitement n’avait aucun des problèmes cognitifs associés à l’électrochoc, et il peut aider les patients qui ne répondent pas à l’électrochoc.​

En 2010, le Dr Lozano était le premier à publier des résultats qui suggèrent que la stimulation cérébrale profonde peut accéder aux circuits dans le cerveau qui contrôlent la mémoire, ralentir la progression de la maladie Alzheimer, et même améliorer la mémoire du patient, après une découverte inattendue qui a eu lieu quand une mémoire extrêmement vivide d’il y a 30 ans a été suscitée chez un patient à l’aide d’une stimulation cérébrale profonde pour traiter la suralimentation. Le Dr Lozano a découvert, dans une petite étude, que les parties endommagées du cerveau étaient contournées par la stimulation cérébrale profonde, et qu’une circuiterie saine a été restaurée; ces parties du cerveau ont recommencé à utiliser le glucose requis pour leur fonctionnement.

La stimulation cérébrale profonde a été mise en vedette sur 60 Minutes, The Independent, et The New York Times, et elle a gagné un intérêt international. Elle a été utilisée plus de 80 000 fois à l’échelle mondiale.

Les autres prix du Dr Lozano incluent la bourse de conférence Donald Calne de 2009 de Parkinson Canada, la médaille d’or du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, le Prix Penfield, l’Ordre de l’Espagne pour le service public méritoire, et son élection en tant que membre de la Société royale du Canada. Il a occupé des postes éditoriaux chez douze journaux neurochirurgicaux, et il a été membre du conseil d’administration et de la direction de plusieurs organisations internationales, y compris le conseil consultatif de la neuroscience de Lifeboat Foundation, du National Institutes of Health, et de la Michael J. Fox Foundation for Parkinson’s Resarch, et il est ancien président de la World Society for Stereotactic and Functional Neurosurgery.  ​



2007

Dr Robert Inman

Le Dr Inman était l’un de seulement quelques chercheurs qui avaient dévoué leur carrière à l’avancement de la connaissance scientifique et le traitement de la spondylarthrite ankylosante, l’une des plus communes formes d’arthrite qui affecte les jeunes adultes, principalement les jeunes hommes. Bien que la cause exacte de la spondylarthrite ankylosante soit inconnue, le Dr Inman a fait des contributions importantes à l’avancement de la compréhension scientifique de comment une infection bactérienne peut déclencher une maladie chez les personnes susceptibles. Il a publié une étude marquante au sujet de cette relation après qu’il y a eu une occurrence de spondylarthrite réactive après une épidémie de salmonellose au sein de la Police provinciale de l’Ontario lors de la visite du pape Jean-Paul II à Toronto en 1984.



2005

Dre Carol L. Richards​

Le prix de 2005 reconnaît la réalisation formidable de la Dre Richards en tant que pionnière en matière de la science de la réadaptation et créatrice de relations multidisciplinaires dans les sciences de réadaptation. La Dre Richards est reconnue à l’échelle internationale pour le travail qu’elle a mené en matière de la réadaptation des maladies de marche des personnes après avoir subi un ACV, les personnes atteintes de la paralysie cérébrale et de déficiences musculosquelettiques.

Depuis 2001, elle a occupé un poste de haute direction à Canada Research Chair en réadaptation pour son travail en matière de la réadaptation des personnes qui ont subi un ACV et, depuis 2003, présidente de la recherche à l’Université Laval en paralysie cérébrale.



2004

Dr Richard Stein

Le Dr Richard Stein est un neuroscientifique qui vise la physiologie, qui a passé plus de 40 ans à travailler sur des façons d’augmenter la mobilité pour les personnes ayant des lésions médullaires, des traumatismes crâniens, un ACV et plusieurs autres maladies débilitantes. Des milliers de personnes ayant des maladies du système nerveux central ont tiré profit de son système WalkAide, que le Dr Stein et son entreprise, BioMotion Ltd., ont créé basé sur la recherche menée par le Dr Stein sur les techniques de stimulation électronique du début des années 1990.

Le Dr Stein a obtenu son Ph. D. de l’University of Oxford, et il est professeur émérite dans la Faculty of Medicine and Dentistry de l’University of Alberta. Il écrit, « on comprend vraiment seulement comment quelque chose fonctionne quand on peut le réparer après qu’il est brisé, » et son étude de systèmes endommagés de commande motrice a élargi notre compréhension de comment nous contrôlons aussi habituellement le mouvement, ce qui génère des modèles mathématiques de la fonction du système nerveux. Sa recherche en matière de la commande motrice inclut un examen des tendances qui sont générées pour marcher, comment les réflexes sont modulés basés sur divers types de motion, et essais ambitieux pour aider les personnes ayant des lésions médullaires à remplacer la fonction et renverser l’atrophie dans leurs muscles et os.

En jumelant la recherche et l’application dans le monde réel, cinq brevets ont été émis au Dr Stein pour ses inventions. Il a déterminé avec succès la faisabilité d’utiliser des microstimulateurs, ou bien des BION, pour créer un BIONic WalkAide pour corriger le pied tombant, la première de ces applications BION dans le domaine de la stimulation électrique fonctionnelle. L’invention du Dr Stein du C-Leg (une jambe informatisée, une prothèse du membre inférieur contrôlée avec un ordinateur) a reçu de l’attention médiatique en 2001, quand un homme qui avait une amputation transfémorale en a utilisé une pour réussir à descendre 70 escaliers pour échapper le World Trade Center qui s’effondrait.

Le Dr Stein a occupé le poste de directeur de NeuroScience Canada, et il était membre du conseil consultatif scientifique de l’organisation, de 1998 à 2007, quand il est devenu directeur honoraire. En 2001, il a reçu la médaille d’honneur de l’Association médicale canadienne; le plus grand prix de l’association pour une personne qui n’est pas membre de la profession médicale. En 2006 et 2007, il a reçu le Prix DaVinci, un prix international qui reconnaît les inventions qui égalisent l’accès et l’occasion à l’aide de technologies fonctionnelles ou adaptatives; en 2007, il a aussi reçu le Prix Barbara Turnbull pour la recherche menée en matière de la moelle épinière pour un projet avec des collègues de l’University of Alberta, qui essaie de créer un appareil de microstimulation interspinale qui peut aider une personne paralysée à marcher quand il est attaché à la colonne vertébrale. L’aspect unique de cet appareil serait un mécanisme d’enregistrement qui est un « système de contrôle en boucle fermée » qui enregistrerait et réagirait en matière de la rétroaction sensorielle dans les jambes et hanches qui viennent des nerfs et muscles. Il a reçu le prix de l’ASTech Foundation pour la Direction en matière des sciences en Alberta en 2009. Il est membre de Project SMART, qui désire « être le réseau mondial de première qualité de la technologie de réadaptation de la fonction motrice sensorielle. » Ses efforts collaboratifs lui ont donné des partenariats avec plus de 200 autres scientifiques dans plus de 25 pays; une statistique qui convient à un chercheur qui a dévoué sa vie à la création de connexions.

 


 

2003 Dr Francis Glorieux OC et Dr Harold Jenning
2002 Dr Geoff Fernie
2001 Dr Charles Tator CM et Dr Paul Walfish CM
2000 Dr Neil Cashman​
1999 Dr Judes Poirier
1996 Dr Lap-Chee Tsui OC​
1995 Dr Morris (Mickey) Milner
1994 Dr Ron Worton CM​

 

 

 

​​
​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​
​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Share via:
Click to Share on Facebook

Recommend and Like:

join our Annual Online Fundraising Campaign

Join our Mailing List

Join our Mailing list and receive our March of Dimes Dime Times Newsletter. Simply enter your name and email address after you click the button below to start receiving our newsletter

.

Imagine Canada Logo
The Standards Program Trustmark is a mark of Imagine Canada​ used under licence by March of Dimes Canada.